La Municipalité nomme ses salles en l’honneur de bâtisseurs d’ici

Des noms pour honorer nos bâtisseurs
Merci à toutes les personnes qui ont participé au concours visant à trouver des noms pour les salles communautaires de l’édifice de l’hôtel de ville. Félicitations aux gagnants, M. Roger Saint-Laurent et Mme Gaétane Veilleux qui recevront une carte-cadeau de 25 $ au Casse-croûte des Pins. Nous remercions également M. Yvan Poulin Wintle qui nous a aidé à choisir les noms et à recueillir des faits historiques sur ceux-ci afin de documenter notre démarche.

La salle Gilbertville
Salle du conseil
Gilbertville pris naissance avec la première ruée vers l’or sur la rivière Gilbert en 1863 et est situé où le village actuel de Saint-Simon-les-Mines (érection canonique 1928). Gilbertville a été une ville de plus de 2000 habitants, située de chaque côté de la rivière Gilbert côté Est : la haute ville, côté Ouest : la basse ville.

Dans la journée du 20 mai 1864, plus de 500 personnes arrivent pour y travailler (mineurs) et 52 maisons sont érigées dans des espaces plutôt restreints dans le secteur « les mines » devenu Gilbertville.

Plusieurs mineurs sont anglophones et la majorité des dirigeants de compagnies le sont aussi. Gilbertville avait son propre bureau de poste 1881, sous le nom de « River Gilbert Gold Mining » et son hôtel « hôtel Potvin) et la maison Américaine qui sera la future église de Saint-Simon-les-Mines 1918.
Par Yvan Poulin Wintle

La salle Chaussegros de Léry
Salle du bas
Depuis le début de la colonisation de la Nouvelle-France, les générations de la famille Chaussegros de Léry se sont succédé et ont marqué chacun à leur façon notre histoire.

Le personnage le plus marquant pour notre collectivité, est Charles-Joseph Chaussegros de Léry. Il est né le 2 février 1800 à Québec. Il est greffier adjoint du Conseil spécial au gouvernement. Le 31 mars 1850, il décide d’abandonner sa fonction au Gouvernement pour s’occuper exclusivement de Sa Seigneurie dans la Beauce. Il devient résident permanent à Saint-François de Beauce. Il donna son nom à trois rangs de la future municipalité de Saint-Simon-les-Mines, soit le rang St-Charles, le rang de Léry et le rang Chaussegros.

Faut-il penser que la découverte de la pépite d’or de Clothilde Gilbert en 1834 a fait changer la vision des terres beauceronnes?

Le 18 septembre 1846, il obtient pour la famille de Léry, étant le seul héritier, les lettres patentes lui donnant le privilège exclusif et perpétuel d’exploitation des métaux précieux dont l’or sur ses terres, celles-ci sont de chaque côté de la rivière Gilbert.

Il décéda le 4 février 1864 à l’âge de 64 ans. À la suite d’une maladie du cœur, sans avoir eu d’enfant.
Par Yvan Poulin Wintle

Cumberland Mills
Salle des comités
Le fief de Cumberland fut fondé le 27 septembre 1782 par l’honorable John Collins, arpenteur général du Canada et membre du conseil législatif. Il devient le premier Seigneur 1782-1790. Il nomme son fief « Cumberland » en l’honneur du frère du Roi d’Angleterre Georges III. Le 7 juin 1790, John Collins cède son fief au Major Philip Skene officier de l’armée britannique aux U.S. En 1779, il fut expulsé de l’état de New-York où il avait son domaine, car il était un loyaliste. Lui, comme plusieurs autres américains loyalistes se sont réfugiés au Canda. Par la suite, la maladie l’obligea à retourner en Angleterre où il décéda. Le 15 juin 1819, Edward Harbottle, aubergiste de la pointe de Lévis acheta le fief de Cumberland à la famille Skene. Il a été le véritable Seigneur de Cumberland. Il y a habité, céder des terres à des compatriotes anglais, y a construit moulins, église St-Paul et établit son domaine au 5e Rang. Il décéda en 1851 et fut inhumé sous l’église St-Paul de Cumberland ainsi que son épouse. Le couple n’a pas eu d’enfant.
En 1872, c’est leur neveu Edward Harbottle Taylor qui fut nommé par la cour, responsable du fief. En 1875, c’est le jeune frère d’Edward Harbottle Taylor qui devient chef du domaine Seigneurial Taylor, soit Thomas-John Taylor.
Les enfants du couple Taylor ont résidé dans leur manoir Taylor jusqu’à ce que les Miss Dorothy et Eva Taylor quittent le manoir Taylor en 1976 pour une résidence de retraite à North Hartley.
Par Yvan Poulin Wintle

William Lockwood
Salle de réunion
En 1867, W. P. Lockwood, d’Angleterre arrive comme prospecteur minier à la rivière Gilbert. Il forme aussitôt la compagnie Canadian and North-West Land mining co., dont il est le principal actionnaire et quelque temps après la « De Léry Gold minning co. » avec des droits miniers sur trois secteurs de la Seigneurie de Léry couvrant la rivière Gilbert et ses affluents.

En 1868, M. Lockwood a environ 150 hommes qui travaillent dans ses mines. Ce M. Lockwood a beaucoup fait pour le développement « des mines » (future localité de Saint-Simon-les-Mines).

Il a percé de nombreux puits d’exploitations dans les écarts de la rivière Gilbert et a prouvé que l’or se trouve en abondance non pas dans la rivière actuelle, mais bien dans son ancien lit appelé le « LEAD » à l’air glacière qui se trouve à trente pieds plus profonds que la marque d’eau d’aujourd’hui.

M. Lockwood fait un leader respecté et a su mettre son expérience et ingéniosité aux profits des mineurs et de sa compagnie.
Par Yvan Poulin Wintle

Coûts de la rénovation
du centre communautaire
La rénovation du centre communautaire a coûté 600 125 $, dont 184 465 $ a été financé par Développement économique Canada. Le coût net du projet est donc de 415 660 $.